optim b2b

L’avenir est dans le digital

Le 20ème siècle, c’est du passé, le monde à changé, les consommateurs ont modifié leurs habitudes, ils sont maintenant dans un monde connecté et les années à venir ne vont pas freiner cette tendance qui au contraire va s’amplifier pour laisser en réserve nos bonnes techniques de ventes traditionnelles.

Le constat est net, il suffit de regarder l’évolution du géant américain Amazon pour comprendre qu’il n’a pas besoin d’un commercial pour vendre ses produits à un particulier. C’est le B2C (Business to consumer) qui désigne l'ensemble des architectures techniques et logiciels informatiques permettant de mettre en relation des entreprises directement avec les consommateurs : en français, « des entreprises aux particuliers ».

b2b

En revanche il a besoin de ses commerciaux pour augmenter la quantité de ses produits à vendre qu’il négocie auprès de ses fournisseurs. C’est le B2B (Business to business ) qui représente l’ensemble des relations commerciales entre les entreprises et les professionnels (entreprises, administrations, artisans, professions libérales, associations…). On l’appelle aussi « commerce interentreprises ». Le marketing industriel (échange de biens industriels) et le marketing d’affaires (projet, solution, clés en main) sont des sous-ensembles du marketing B to B.

b2cPar conséquent , pour travailler correctement en B2C, Amazon a besoin d’un support solide (INTERNET), pour toucher le maximum de consommateur, il a besoin de s’afficher (site internet, blog), d’être vu là ou il faut (référencement) de communiquer (réseaux sociaux, médias, journaux, radio…) avec en plus l’appui de plusieurs techniques de propagations commerciales (campagne de publicité, google, facebook, twitter).


Et si vous étiez en mesure, de pouvoir faire la même chose, le feriez-vous ? 

Tu te rappelles !

le bouche à oreille digitalDans les années 80 – 90, très peu de petites et moyennes d’entreprise Française était doté d’un site internet. Les raisons étaient évidentes, elles étaient liées à des freins technologiques, une technique pas toujours maîtrisée, peu connue, peu répandue et certainement pas encore véritablement reconnue comme une plus value pour l’entreprise.

Les sites étaient systématiquement développés par un informaticien et le simple fait de changer le contenu d’une page lui était réservé. De nombreux sites internet souffraient du manque de maintenance et souvent la plupart des pages restaient inchangées plusieurs mois. Les pages s’affichaient très lentement, si bien que le site évoluait à la même vitesse, voir pas du tout, des bugs apparaissaient, des liens bizarres s’affichaient etc….

Ces aspects visuels "n'encourageaient pas et n'émoustillaient pas l'envie" si bien que l’entreprise fonctionnait très bien sans cet outil informatique. Le bouche à oreille fonctionnait bien mieux que la connexion internet qui était encore branché au modem 128 kilos octets. Un bruit de connexion pour ceux qu’ils l’ont connus, ne sont pas près de l’oublier.

Questions / Réponses

Aujourd'hui, nous avons franchi un cap technologique si important qu'il faut vraiment intégrer dans nos entreprises une philosophie et une stratégie de travail correspondante à cette dernière.

Nous avons élaborer plusieurs questions/réponses et nous vous les soumettons également à y répondre, à intervenir.

Ces questions pour certaines d'entres elles, se retrouveront sur notre page facebook.


Filtre:ToutesOuvertesRésoluesFerméesNon répondues

Les constituantes de notre réseau d'influence

DeOptim-b2b

Commentaires fermés sur Annuweb pro, le réseau dans les réseaux sociaux

DeOptim-b2b

Commentaires fermés sur Les socles internet et les réseaux sociaux